L’orphelin qui partit pour Lagos: Page 2 of 6

Printer-friendly versionPrinter-friendly versionSend by emailSend by email

la saleté au lieu de l’or, il s’assit dans un coin sombre et s’endormit en pleurant.
Le petit Ejila passa toute la nuit dans la rue et le lendemain matin, la faim se fit cruellement sentir ; il se leva alors et se mit à errer, demandant à tous les gens qu’il rencontrait un peu d’argent pour ne pas mourir de faim, mais tout le monde passait son chemin sans répondre. Seules, deux ou trois personnes lui donnèrent une pièce de monnaie. Le pauvre garçon fut bientôt bien faible et s’écroula par manque de nourriture.
Se sentant en détresse, il demanda l’aide de plusieurs personnes et quelqu’un lui dit avec agacement :
« Va donc travailler, voyou paresseux !
– C’est ce que je veux, répondit Ejila, je veux bien aller travailler pour vous si vous me le permettez. » Mais l’homme maugréa un juron et continua son chemin.
Finalement, un homme qui avait l’air très gentil, s’approcha et vit à quel point Ejila avait faim.
« Pourquoi ne vas-tu pas travailler, mon garçon ? demanda-t-il à Ejila.
– Je travaillerais volontiers, mais je ne sais pas comment trouver du travail, répondit Ejila.
– Si tu es d’accord, viens avec moi », dit l’homme et il l’emmena dans une ferme où l’on cultivait des légumes et qui se trouvait dans la banlieue. Là, Ejila travailla dur et fut heureux jusqu’à la saison de la récolte des légumes.
Après cette période, il se retrouva dans la même situation qu’auparavant, mourant quasiment de faim à nouveau. Une nuit, il se coucha pour dormir devant la porte de M. Balogun, un riche commerçant. La cuisinière, qui était aussi la bonne, avait un tempérament colérique et quand elle le vit, elle lui dit :
« Qu’est-ce que tu fais ici, fainéant de voyou ? Il n’y a rien ici pour les mendiants. Si tu ne t’en vas pas à l’instant, je jetterai toute l’eau sale sur toi. Et j’ai même un peu d’eau suffisamment chaude pour te faire bondir. »

À ce moment-là, M. Balogun en personne arriva pour le dîner. Quand il vit un garçon en haillons dégoûtants couché à sa porte, il lui dit : « Pourquoi es-tu couché devant ma porte, mon garçon ? Tu sembles

Language:

Download ANDROID app: 
Download AUDIO: 

File types:

Facebook Comments Box

Public Domain Mark 1.0
This @dc:type-name, @dc:title, by @cc:attributionName, is free of known copyright restrictions.

Tell Us A Story !

Files must be less than 8 MB.
Allowed file types: mp3 wav wma.
Leave blank to use trimmed value of full text as the summary.
Description of story
Type your name here
Type Your Email Here
Upload a replacement picture for your story
Files must be less than 64 MB.
Allowed file types: png gif jpg jpeg.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

Vertical Tabs