Kwame et les cadeaux magiques

Printer-friendly versionPrinter-friendly versionSend by emailSend by email

Il était une fois un garçon du nom de Kwame qui était très malheureux chez lui parce que son père le fouettait sans arrêt ; un jour, il décida de s’enfuir et de tenter sa chance dans le vaste monde.
Il courut et courut encore jusqu’à épuisement et se heurta alors à une petite vieille qui ramassait des bâtons. Il était tellement hors d’haleine qu’il ne s’excusa même pas mais, comme cette femme était une bonne personne, elle lui proposa de le prendre à son service pour un bon salaire. Kwame qui était affamé accepta et elle l’emmena chez elle, dans la forêt, où il la servit pendant douze mois et un jour.
Lorsque l’année fut écoulée, la vieille femme fit venir Kwame auprès d’elle et lui dit qu’elle lui paierait un bon salaire. Elle lui présenta un âne dont il lui suffirait de tirer les oreilles pour qu’il se mette aussitôt à braire. Dans le même temps, de l’argent lui sortirait de la bouche.
Kwame était si content de son salaire qu’il s’éloigna à dos d’âne jusqu’à atteindre un petit hôtel. Il y commanda le meilleur de chaque chose et, comme le directeur refusait de le servir avant d’avoir été payé, le garçon rejoignit l’endroit où il avait attaché son âne, lui tira les oreilles et se remplit les poches d’argent. Le directeur de l’hôtel l’avait observé par une fente de la porte et, lorsque la nuit fut venue, il remplaça l’âne de Kwame par l’un des siens. Le lendemain matin, Kwame repartit à califourchon vers la maison de son père, sans rien savoir du changement survenu.
A côté de chez son père vivait une pauvre veuve et sa fille unique. Kwame et la jeune fille devinrent amis puis, très vite, tombèrent amoureux. Toutefois, lorsque le garçon demanda à son père l’autorisation d’épouser la jeune fille, celui-ci lui répondit : « Pas avant que tu n’aies suffisamment d’argent pour l’entretenir ».
« J’ai beaucoup d’argent, père », dit le garçon et il se dirigea vers l’âne pour lui tirer les oreilles. Il tira tant et tant que l’une des oreilles finit par lui rester dans les mains mais, bien que l’âne ait lancé ses hi-han à qui mieux mieux, il ne produisit aucun argent.

Pages

Language:

Download ANDROID app: 
Download AUDIO: 

File types:

Facebook Comments Box

Public Domain Mark 1.0
This @dc:type-name, @dc:title, by @cc:attributionName, is free of known copyright restrictions.

Tell Us A Story !

Files must be less than 8 MB.
Allowed file types: mp3 wav wma.
Leave blank to use trimmed value of full text as the summary.
Description of story
Type your name here
Type Your Email Here
Upload a replacement picture for your story
Files must be less than 64 MB.
Allowed file types: png gif jpg jpeg.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

Vertical Tabs